Fournir la technologie GIFS aux petits producteurs de maïs au Nigeria

Un nouveau programme de sensibilisation offre une technologie de gestion intégrée de la fertilité des sols (GIFS) aux petits producteurs de maïs du sud-ouest du Nigéria

Le sol joue un rôle fondamental dans le soutien de la croissance des plantes. Pourtant, cette ressource importante est souvent négligée et mal gérée par les petits agriculteurs, ce qui conduit généralement à l'extraction des éléments nutritifs du sol, à une faible fertilité des sols et à de faibles rendements des cultures.

Le maïs est une importante culture vivrière de base largement cultivée dans le sud-ouest du Nigéria. La culture a un besoin annuel relativement élevé d'apport d'engrais et l'apport insuffisant d'éléments nutritifs continue d'exposer les champs de maïs de la région à un degré élevé d'épuisement des éléments nutritifs.

Prof. Bosede Lawal, Chercheur au South West Farming Systems Research and Extension Program au sein du Institut de recherche et de formation agricoles (IAR&T) at Université Obafemi Awolowo, dirige un projet conçu pour inverser cette tendance grâce à une mise en œuvre plus généralisée de la technologie et des pratiques durables de gestion intégrée de la fertilité des sols (GIFS) parmi les petits producteurs de maïs du sud-ouest du Nigeria.

L'approche
Le professeur Lawal promeut l'utilisation intégrée de variétés améliorées, de bonnes pratiques agronomiques, des recommandations d'engrais spécifiques au site à travers une variété de canaux de sensibilisation populaires. La proposition du Dr Lawal pour ce travail a été récompensée par le Bourse de recherche pour la nutrition des plantes en Afrique, Une initiative de APNI, Groupe OCP, et le Université polytechnique Mohammed VI (UM6P), qui a été créé pour encourager l'innovation dans les programmes d'éducation, de formation et de communication pertinents pour améliorer l'utilisation et l'efficacité des éléments nutritifs des plantes dans les agro-écosystèmes africains.

Lors des démonstrations agricoles, les écoles pratiques d'agriculteurs associées à des outils de communication tels que la messagerie texte, les jingles radio et les produits du savoir forment un programme efficace de diffusion de l'information pour étendre la technologie GIFS largement nécessaire.

Réalisations jusqu'à présent
Le programme a commencé par une série d'ateliers de sensibilisation des agriculteurs utilisés pour présenter les technologies GIFS aux participants à proximité des sites du projet entre février et mars 2021. La sensibilisation a été renforcée parmi les agriculteurs et les agents de vulgarisation avec plus de 200 personnes présentes.

Une enquête de base a été menée pour identifier les contraintes à la production de maïs sur chacun des sites de l'étude. L'interaction avec les agriculteurs au cours de l'enquête a révélé une utilisation considérablement faible d'engrais inorganiques et de faibles rendements de maïs sur les sites d'étude. Des approches générales généralisées pour l'application des éléments nutritifs, sans analyse préalable du sol, étaient courantes parmi les emplacements.

« De nombreux agriculteurs étaient sensibilisés à l'utilisation exclusive d'engrais inorganiques, mais manquent de formation adéquate sur le compostage, l'utilisation combinée d'engrais organiques et inorganiques et les analyses de sol » a expliqué le professeur Lawal. « Les agriculteurs dépendaient largement des semences de la récolte précédente et de celles achetées sur le marché ou auprès des revendeurs locaux d'intrants, mais n'avaient pas ou peu accès aux semences améliorées.

Les autres contraintes courantes rencontrées par les agriculteurs sont les précipitations faibles et irrégulières, le coût élevé des engrais, les parasites et les maladies, et les conflits entre agriculteurs et éleveurs.

L'arrivée tardive des pluies a retardé la mise en place des parcelles et des écoles pratiques d'agriculteurs dans cette agroécologie de savane, mais l'arrivée plus récente de pluies stables a stimulé les progrès du projet. Des parcelles de démonstration à la ferme étaient situées à Ilawo et Ife Odan dans la zone de gouvernement local d'Ejigbo dans l'État d'Osun, et à Itapaji et Aiyedun dans la zone de gouvernement local d'Ikole dans l'État d'Ekiti. Les traitements utilisés pour la démonstration sur le terrain étaient composés de variétés de maïs améliorées et de différentes sources d'engrais. Des variétés de maïs améliorées avec une meilleure tolérance à la sécheresse et à une faible teneur en azote du sol ont été obtenues auprès de l'IAR&T.

Les parcelles comparaient différents traitements d'amendement du sol, notamment : engrais organique, engrais inorganique, combinaisons d'engrais organiques et inorganiques et un témoin sans application d'engrais. Les recommandations d'engrais comprenaient le zinc (Zn) lorsque cela était jugé nécessaire par les analyses de sol. Le maïs a été semé à un espacement de 75 cm sur 25 cm à raison d'une graine par butte.

« Les agriculteurs ont joué un rôle actif dans l'établissement et la gestion des parcelles de démonstration sur tous les sites du projet », a déclaré le professeur Lawal. « Ces démonstrations servent de parcelles d'apprentissage pour les agriculteurs qui devraient durer tout le cycle de culture. Cela donnera aux agriculteurs la meilleure opportunité d'observer les avantages et les inconvénients de la technologie GIFS et de prendre des décisions éclairées.

Chaque agriculteur est censé former d'autres agriculteurs sur la technologie GIFS à travers l'établissement de leurs propres parcelles de maïs GIFS, accélérant ainsi l'adoption au-delà des sites du projet. La formation des agriculteurs sur chaque composante de la technologie GIFS est en cours. Les programmes de sensibilisation continuent également à diffuser les expériences GIFS des agriculteurs participants à travers des outils de communication (jingles radio et messagerie texte).

La voie à suivre
Il est prévu qu'à la fin du cycle saisonnier, des journées sur le terrain soient organisées pour présenter les mérites de la technologie GIFS.

« À la fin de ce projet, les agriculteurs auront été habilités à utiliser la technologie GIFS », a expliqué le professeur Lawal. « Cela se traduira à terme par une amélioration de la fertilité des sols, une augmentation des rendements de maïs de meilleure qualité et contribuera finalement à la sécurité alimentaire, à la réduction de la pauvreté et à l'amélioration des moyens de subsistance dans le sud-ouest du Nigéria. »

Pour plus d'informations sur la bourse de recherche en nutrition des plantes africaines, veuillez consulter https://www.apni.net/project/outreach-fellowship

Contributeurs: le professeur Bosede Lawal, chercheur au programme de recherche et de vulgarisation sur les systèmes agricoles du Sud-Ouest au sein de l'Institut de recherche et de formation agricoles (IAR&T) de l'Université Obafemi Awolowo ; Gavin Sulewski, rédacteur en chef de l'APNI.

EnglishFrançais