À la recherche d'une production céréalière durable dans les plaines indo-gangétiques

À la recherche d'une production céréalière durable dans les plaines indo-gangétiques

Les chercheurs explorent les avantages de l'adoption d'un système alternatif de production de cultures vivrières de base pour les plaines indo-gangétiques de l'Inde. Actuellement, la culture riz-blé prédomine, mais ce système traditionnel donne des résultats médiocres en matière de durabilité

Il est de plus en plus évident que la durabilité du système de culture traditionnel riz-blé (RWCS) commun aux plaines indo-gangétiques (IGP) échoue. Cet échec est en partie dû à l'utilisation inefficace par le système des rares ressources en eau et en intrants agricoles, ainsi qu'à la dépendance continue des pratiques conventionnelles pour la culture du riz et du blé dans la région. L'état de fertilité des sols dans le cadre de la RWCS continue de décliner car les agriculteurs sont incapables de subvenir correctement aux besoins des cultures.

Changer des pratiques de longue date au sein d'un système étendu tel que le RWCS est un défi. Les solutions alternatives doivent surmonter les croyances et les préférences préconçues ainsi que les politiques qui vont à l'encontre des réalités de la sécurité nutritionnelle nationale.

Le changement proposé par une équipe de chercheurs basés en Inde et au Maroc se concentre sur les avantages potentiels tirés de l'adoption à grande échelle d'un système de culture basé sur une combinaison de maïs et de pois chiche plutôt que de riz et de blé. En remplacement du riz, le maïs est considéré comme s'adaptant mieux à la pénurie d'eau et aux perturbations climatiques dans l'IGP. Les auteurs suggèrent que le maïs est également mieux placé pour répondre efficacement à la sécurité alimentaire et nutritionnelle de l'Inde dans les scénarios climatiques futurs. Dans le cas du pois chiche, il s'agit d'une légumineuse bien établie et riche en protéines qui a un grand potentiel pour combler le déficit de sécurité nutritionnelle auquel est confronté le pays.

Cependant, dans le récent article publié dans Rapports scientifiques de la nature, Pooniya et al. reconnaissent pleinement qu'un ingrédient clé pour le succès durable de la rotation maïs-pois chiche dépend de la mise en œuvre d'une approche de gestion complète des systèmes de culture.

Au cours de l'étude de sept ans (2013 à 2020), les pratiques basées sur l'agriculture de conservation (AC), y compris la réduction du travail du sol et la rétention des résidus de culture dans les conceptions de champs à plat ou permanents, ainsi que les avantages tirés d'une rotation des cultures plus diversifiée, à condition le meilleur environnement de culture pour générer des rendements élevés de maïs et de pois chiches. L'étude rapporte une amélioration de 14 à 18 % de la productivité du système si ces stratégies d'AC étaient adoptées à la place de la culture conventionnelle.

Les chercheurs ont également émis l'hypothèse que l'amélioration de la durabilité du système de culture maïs-pois chiche, mesurée par l'amélioration des rendements, la viabilité économique et l'amélioration de la santé des sols, résulterait d'un apport de nutriments basé sur une approche reflétant étroitement la demande des cultures. L'étude a utilisé un outil logiciel testé sur le terrain appelé Nutrient Expert pour fournir les recommandations spécifiques au site nécessaires pour optimiser l'application d'engrais dans la rotation du maïs et du pois chiche. Cette approche sur mesure a amélioré la productivité du système de 11 à 20 % par rapport aux pratiques de fertilisation traditionnelles. Cela se traduit par un bénéfice supplémentaire de 376 à 481 USD par ha et par an pour les agriculteurs.

« Sur la base des résultats de notre étude, de solides arguments économiques peuvent être présentés en faveur de l'adoption de pratiques d'AC ainsi que d'une gestion améliorée des éléments nutritifs dans ce système de culture maïs-pois chiche », a expliqué l'auteur principal de l'ICAR-Indian Agricultural Research Institute, le Dr. Vijay Pooniya. « Les améliorations observées dans la qualité des sols au cours de la période de l'étude fournissent une indication claire du potentiel de ce nouveau système à inverser les tendances de longue date de dégradation des sols et de faible efficacité d'utilisation des ressources qui sont liées à la perpétuation du riz-blé. système de culture.

###

Ce résumé est extrait de l'article publié par Pooniya et al. 2021. Longue-l'agriculture de conservation à terme et la meilleure gestion des éléments nutritifs améliorent la productivité et la rentabilité associées au sol propriétés d'une rotation maïs-pois chiche Rapports scientifiques. (2021) 11: 10386.  https://doi.org/10.1038/s41598-021-89737-9

L'équipe de recherche était composée de scientifiques de l'Institut indien de recherche agricole ICAR (IARI), New Delhi, Inde ; ICAR-Institut indien de recherche sur le maïs (IIMR), Ludhiana, Inde ; ICAR-Institut indien de recherche sur les statistiques agricoles (IASRI), New Delhi; ICAR-Institut central de recherche pour le jute et les fibres apparentées, Barrackpore, Inde ; Institut Africain de Nutrition Végétale (APNI), Benguéir, Maroc ; Université agricole Chaudhary Charan Singh Haryana (CCSHAU), Hisar, Inde ; ICAR-Institut indien de recherche sur les systèmes agricoles (IIFSR), Modipuram, Inde ; ICAR-Institut national de recherche laitière (NDRI), Karnal, Inde; Institut Borlaug pour l'Asie du Sud (BISA), Samastipur, Inde.

Contributeurs : Gavin Sulewski, rédacteur en chef de l'APNI et Dr Kaushik Majumdar, directeur général de l'APNI.

EnglishFrançais