Une approche sur mesure de l'utilisation des engrais peut apporter des gains triples aux petits agriculteurs

Une approche sur mesure de l'utilisation des engrais peut apporter des gains triples aux petits agriculteurs

Une étude de méta-analyse a évalué les performances de la gestion des éléments nutritifs spécifiques au site (SSNM) appliquée aux systèmes de culture céréalière des petits exploitants en Asie et en Afrique ; les preuves indiquent des gains triples, mais une extension faible et des politiques défavorables entravent l'adoption

Récemment sorti dans le Elsevier journal, Sécurité alimentaire mondiale, une équipe de scientifiques a publié la première revue systématique complète comparant l'approche de gestion des nutriments spécifiques au site (SSNM) aux pratiques des agriculteurs dans les systèmes de production céréalière des petits exploitants en Asie et en Afrique.

Les chercheurs ont commencé par rassembler l'éventail des études de terrain nécessaires pour évaluer une gamme d'indicateurs de performance mesurant l'efficacité de la SSNM par rapport aux pratiques de fertilisation des agriculteurs existantes. Ils ont identifié 61 études dans huit pays d'Asie et trois pays d'Afrique pour produire près de 400 comparaisons directes des deux pratiques de gestion des engrais pour le maïs, le riz et le blé.

Les principaux résultats tirés de l'étude montrent que la SSNM a généré un rendement supérieur de 12 % et une rentabilité supérieure de 15 % par rapport à la pratique des agriculteurs. La SSNM a produit ces avantages tout en économisant en moyenne 18 kg N/ha, ce qui équivaut à une réduction de 10 % de la quantité d'engrais N, réduisant ainsi le risque de perte de N dans le milieu environnant.

.

Atteindre des triples gains de rendements et de bénéfices élevés en combinaison avec la réduction des pertes de nutriments ne sont pas des objectifs insaisissables ou contradictoires.

.

« Nous ne connaissons aucune autre intervention agronomique qui a augmenté le rendement des cultures, la rentabilité et l'efficacité d'utilisation de l'azote dans ces cultures céréalières et ces zones géographiques d'une manière aussi robuste », expliquent les auteurs de l'étude. « SSNM - grâce à l'adaptation des applications d'engrais spécifiques au champ - est une stratégie de gestion très efficace qui maximise les résultats positifs, contribuant à la réalisation de la sécurité alimentaire avec des avantages économiques et environnementaux. »

Dans la grande majorité des systèmes de culture des petits exploitants, la fertilisation consiste en une application déséquilibrée de nutriments utilisant des approches « globales » qui ne sont pas conçues pour traiter les effets de la variabilité qui existe même dans les plus petites parcelles de riz, de blé ou de maïs. Ne pas gérer adéquatement cette variabilité entraîne souvent une utilisation inefficace des engrais par les cultures avec de mauvais résultats pour les agriculteurs.

L'étude démontre comment l'efficacité du SSNM peut varier selon les cultures, les systèmes de culture, la gestion des cultures et les environnements de culture. Les avantages de la SSNM semblent plus importants là où la performance des pratiques des agriculteurs est relativement faible.

Les petits exploitants ont bénéficié de la capacité du SSNM à détecter et à corriger des insuffisances ou des déséquilibres d'apport de nutriments de longue date. Le SSNM a prescrit plus souvent des fréquences d'application d'azote plus élevées, ce qui a amélioré l'absorption d'azote par les plantes en ciblant mieux les périodes de croissance où la demande était la plus élevée. Des exemples de résultats améliorés sont venus avec des taux d'application de N et P plus faibles et des taux de K plus élevés dans les systèmes d'intrants traditionnellement plus élevés en Asie. Le SSNM a généralement émis des recommandations pour N, P et K en Afrique. Une multitude de facteurs régionaux liés à l'infrastructure, aux chaînes d'approvisionnement, à la politique gouvernementale et aux systèmes de conseil agricole manquants ou médiocres sont attribués aux nombreux exemples de sur et sous-application de nutriments dans la gamme d'études sélectionnées.

La recherche sur la SSNM produit des stratégies viables pour les systèmes de culture des petits exploitants. Cependant, l'adoption généralisée reste un défi important qui nécessite des efforts concertés pour étendre la SSNM et atteindre potentiellement les millions d'agriculteurs qui travaillent dans des paysages fragmentés et qui n'ont généralement pas accès aux systèmes de soutien existants. Les chercheurs ont trouvé qu'il était particulièrement difficile de rassembler des études africaines appropriées pour répondre aux critères de l'analyse, ce qui suggère qu'il reste encore beaucoup à faire pour explorer la SSNM sur le continent.

Une innovation prometteuse continue d'être apportée vers la fourniture efficace de recommandations individualisées grâce aux technologies de communication numérique, par exemple par un téléphone mobile. Cependant, l'étude suggère que les progrès vers une adoption plus généralisée pourraient dépendre moins de preuves tangibles que d'intérêts politiques gouvernants qui, par exemple, accordent plus d'importance aux subventions aux engrais qui inhibent le changement. Davantage de travail est nécessaire sur la sensibilisation et le partenariat entre les parties prenantes qui sont motivées à créer des environnements plus propices aux SSNM au sein de la chaîne de production agricole.

Accusé de réception
Ce résumé est extrait de l'article publié par Chivenge, P., Saito, K., Bunquin, MA, Sharma, S. et Dobermann, A. 2021. Co-bénéfices de la gestion des éléments nutritifs adaptés aux petites exploitations agricoles. https://doi.org/10.1016/j.gfs.2021.100570

L'équipe de chercheurs impliqués dans cette étude représente le Institut Africain de Nutrition Végétale (APNI), Maroc ; Institut international de recherche sur le riz (IRRI), Philippines ; IRRI, Inde ; Centre du riz pour l'Afrique (AfricaRice), Côte d'Ivoire ; IRRI, Inde ; Association internationale des engrais (IFA), France.

Contributeurs : Gavin Sulewski, rédacteur en chef et Dr Pauline Chivenge, scientifique principale

EnglishFrançais