À la recherche de stratégies intelligentes face au climat pour les cultures de racines, de tubercules et de bananes en Afrique centrale

À la recherche de stratégies intelligentes face au climat pour les cultures de racines, de tubercules et de bananes en Afrique centrale

Les scénarios climatiques projetés pour l'Afrique subsaharienne représentent une menace pour les systèmes de culture des petits exploitants. La modélisation des impacts régionaux du climat futur sur l'adéquation des cultures de racines, de tubercules et de bananes offre de nouvelles perspectives ; des stratégies d'adaptation sont identifiées.

Les cultures de racines, tubercules et bananes (RT&B) sont largement cultivées dans les paysages de l'Afrique subsaharienne (ASS). Ces cultures vivrières de base jouent un rôle fondamental dans les systèmes agricoles des petits exploitants en raison de leur bonne valeur économique et de leur grande importance dans l'alimentation quotidienne de la plupart des ménages. La plantation extensive de cultures RT&B met en évidence leur nature adaptative, mais une équipe de chercheurs a identifié le besoin d'obtenir des connaissances plus spécifiques sur la façon dont les cultures RT&B pourraient répondre aux changements climatiques à long terme. Cette résilience va-t-elle changer ? Les modèles de croissance seront-ils radicalement modifiés? Compte tenu de l'importance des cultures RT&B, des changements significatifs dans les performances des cultures en raison des changements d'aptitude induits par le climat auraient de graves implications pour la sécurité alimentaire dans toute l'Afrique subsaharienne.

Les chercheurs ont concentré leur étude, récemment publiée dans celui d'Elsevier Journal Systèmes agricoles, sur les cultures de banane, de manioc, de pomme de terre et de patate douce dans la région des Grands Lacs (RGL) d'Afrique centrale et orientale - une zone bordée par les pays du Burundi, de la République démocratique du Congo, du Kenya, du Malawi, du Rwanda, Tanzanie et Ouganda. L'étude était un effort de collaboration de spécialistes de la modélisation et des cultures représentant l'Institut international d'agriculture tropicale, le Centre international de la pomme de terre, le Programme de recherche du GCRAI sur le changement climatique, l'agriculture et la sécurité alimentaire, l'Institut international de recherche sur l'élevage, le Programme de recherche du GCRAI sur les racines, les tubercules et les bananes, Bioversity International et l'Institut africain de nutrition végétale.

L'étude a utilisé un modèle d'aptitude des cultures qui a analysé et cartographié la croissance des cultures à la fois en fonction d'une référence climatique historique et d'une projection future des conditions climatiques moyennes. influencés par les impacts des émissions de gaz à effet de serre. Les chercheurs ont sélectionné un scénario de changement climatique potentiel suivant la voie de concentration représentative (RCP) 6.0 telle que rapportée par le GIEC, dans laquelle les émissions culminent en 2080 et les températures mondiales moyennes augmentent entre 1.4 °C et 3.1 °C d'ici 2100.

Les résultats indiquent que les petits exploitants de la RGL connaîtraient généralement des conditions plus chaudes et plus humides. Ce scénario a été largement caractérisé comme étant majoritairement favorable aux systèmes de culture RT&B. Le manioc, la banane et la patate douce se sont avérés les plus adaptables. En revanche, les zones de culture de pommes de terre étaient beaucoup plus vulnérables. En fait, il était prévu que la réduction généralisée de l'aptitude des cultures de pommes de terre entraînerait des changements importants par rapport aux zones de production traditionnelles et moins d'opportunités pour des alternatives de cultures de pommes de terre appropriées dans la RGL.

Une adaptation est requise

Bien que la modélisation ait montré un degré encourageant de résilience RT&B (à l'exception de la pomme de terre) aux climats futurs, un aspect important de l'étude a porté sur l'identification de stratégies ciblées qui, si elles étaient adoptées à grande échelle, aideraient à garantir que l'aptitude des cultures reste aussi robuste comme le suggèrent les projections. Des mesures d'adaptation telles que le décalage de la date de semis vers des mois plus avantageux et l'utilisation accrue de variétés de cultures à maturation précoce ou résistantes à la sécheresse/à la chaleur seront des mesures essentielles pour les zones particulièrement exposées aux effets du changement climatique.

L'étude indique que la plupart des cultures RT&B (en particulier le manioc, la banane et la patate douce) sont assez flexibles en termes de date de plantation appropriée dans la RGL. La flexibilité vers des calendriers de plantation alternatifs est un avantage qui, en surface, favorise son adoption par les petits agriculteurs. Cependant, les auteurs soulignent qu'il est nécessaire de mieux comprendre la « capacité et la volonté » actuelles des agriculteurs de procéder à de telles adaptations. Les efforts futurs nécessitent une poursuite concertée d'une utilisation plus répandue de variétés RT&B intelligentes face au climat (en particulier pour la pomme de terre) qui possèdent également des caractéristiques préférées des consommateurs. Cela permettra de mieux préparer ces agriculteurs à faire face aux futurs défis liés au climat, en particulier pour les agriculteurs situés dans les régions soumises aux changements climatiques les plus intenses.

Des travaux supplémentaires sont également nécessaires pour identifier les canaux et les techniques pédagogiques qui seront les plus efficaces pour introduire les stratégies d'adaptation nécessaires au sein de ces systèmes de production établis mais vulnérables.

Accusé de réception
Ce résumé est extrait de l'article publié par R. Manners, E. Vandamme, J. Adewopo, P. Thornton, M. Friedmann, S. Carpentier, KS Ezui, G. Thiele 2021. L'adéquation des cultures de racines, tubercules et bananiers en Afrique centrale peut être favorisée sous les climats futurs. https://doi.org/10.1016/j.agsy.2021.103246.

Les chercheurs de cette étude représentaient le Institut international d'agriculture tropicale (IITA), Kigali, Rwanda ; Centre international de la pomme de terre (CIP), Kigali, Rwanda ; Programme de recherche du GCRAI sur le changement climatique, l'agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS), Institut international de recherche sur l'élevage (ILRI), Nairobi, Kenya ; Programme de recherche du GCRAI sur les racines, les tubercules et les bananes, Centre international de la pomme de terre (CIP), Lima, Pérou ; Bioversity International, Louvain, Belgique ; et l'Institut africain de nutrition végétale, Nairobi, Kenya.

Contributeur : Gavin Sulewski, éditeur APNI

EnglishFrançais