L’Institut Africain de la Nutrition des Plantes (APNI) annonce les lauréats de l’appel à projet du Fonds Africain de Recherche sur la Nutrition des Plantes

Bénéficiaires sélectionnés pour le Fonds africain de recherche sur la nutrition des plantes

Le Fonds africain de recherche sur la nutrition des plantes (APNRF) a annoncé les finalistes de son premier appel à propositions de recherche pour soutenir la recherche agricole pour le développement. Quatre projets ont été sélectionnés au cours d'un processus d'évaluation hautement compétitif comprenant 117 candidatures représentant 25 pays d'Afrique.

L'objectif de l'APNRF est de permettre la mise à l'échelle de la gestion améliorée des éléments nutritifs et de la fertilité des sols en étendant de manière synergique les recherches menées dans les domaines prioritaires stratégiques de l'APNI : 1) Nutrition des plantes intelligente face au climat et aux conditions météorologiques ; 2) La santé des sols pour l'amélioration des moyens de subsistance ; et 3) gestion précise des éléments nutritifs. Le fonds a été créé grâce à un partenariat entre l'APNI et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P).

Des résumés des projets et des chercheurs principaux sont fournis ci-dessous. Les travaux au sein de chacun des projets sélectionnés devraient commencer au cours du premier trimestre de 2022. Pour plus de détails sur l'APNRF, visitez www.apni.net/research-fund

Dr Patrick Musinguzi, chercheur principal - Département du département agricole, École des sciences agricoles, Université Makerere, Kampala, Ouganda

Améliorer la productivité du riz grâce à l'adaptation d'options agricoles intelligentes face au climat et de stratégies commerciales réactives au marché en Ouganda

Le riz pluvial pluvial est une culture importante et stratégique pour la sécurité alimentaire et la sécurité des revenus. En Ouganda, le riz est cultivé par plus de 241,000 100,792 ménages dans presque tous les districts du pays sur 0.9 207 ha. Des rendements de 2021 t/ha sont enregistrés avec une valeur totale de production de 4.1 milliards UGX (UBOS, XNUMX) contribuant au revenu des ménages pour XNUMX % de tous les ménages agricoles en Ouganda. Cependant, les chocs liés au climat, notamment les sécheresses et la faible fertilité des sols, ont entraîné une baisse des rendements et des revenus. Le faible revenu a été aggravé par les fluctuations des prix du marché, ce qui a eu un impact négatif sur les participants à la chaîne de valeur du riz. En tant que tels, les agriculteurs restent à petite échelle avec des incitations limitées pour s'engager dans des entreprises commerciales rentables, ce qui entraîne une démotivation des riziculteurs et affecte les progrès en matière d'amélioration des moyens de subsistance. Les mesures d'adaptation holistiques aux conditions météorologiques extrêmes, au changement climatique, à la gestion des éléments nutritifs du sol, aux risques de fluctuation des prix et à d'autres chocs sociaux peuvent constituer une intervention majeure au milieu de ces risques de production et commerciaux. Ces mesures d'intervention d'adaptation doivent être évaluées scientifiquement en tant que voies durables potentielles pour la transformation de la riziculture en entreprise.

Le projet vise à atteindre cet objectif en trois ans avec quatre objectifs :

  1. Évaluer l'efficacité de l'utilisation des nutriments et de l'eau dans le cadre de programmes de gestion des nutriments, de l'eau et agronomiques adaptables aux changements météorologiques et climatiques variables pour une production de riz accrue
  2. Déterminer la viabilité économique des options intelligentes face au climat pour améliorer la productivité du riz et atténuer les risques et les chocs
  3. Renforcer les institutions du marché paysan pour une meilleure efficacité dans la production et la commercialisation du riz
  4. Améliorer l'adoption d'options commerciales et agronomiques adaptables pour une résilience accrue au changement climatique et aux risques de prix chez les riziculteurs en Ouganda

Dr Onesmus Kitonyo, chercheur principal - Département des sciences végétales et de la protection des cultures, Université de Nairobi, Nairobi, Kenya

Ajustement des pratiques de gestion de l'azote intelligentes face au climat dans les systèmes de culture à base de maïs de l'est du Kenya

Le maïs est une culture de base et de rente majeure au Kenya. Cependant, il existe un écart important entre le rendement réel, souvent inférieur à 1 t/ha, et le potentiel de rendement, qui est d'environ 5 t/ha. Cet écart de rendement est confondu par les variations inter et intra-saisonnières des précipitations, ce qui rend à son tour risqué l'investissement dans les engrais. L'utilisation d'engrais azotés dans les systèmes de culture à base de maïs est faible et souvent guidée par des recommandations obsolètes qui ne tiennent pas compte de la variation spatiale et temporelle de la réponse de l'engrais azoté et de l'efficacité d'utilisation. En raison de la forte interaction entre l'eau et l'azote en tant que moteurs du rendement des systèmes de culture à base de maïs des terres arides, une approche à multiples facettes est nécessaire pour améliorer le rendement. Une délimitation quantitative des modèles de stress hydrique et azoté, associée à des repères locaux réalistes pour l'efficacité de l'utilisation de l'eau et de l'azote, pourrait guider le déploiement d'interventions intelligentes face au climat dans le maïs. En outre, les opportunités futures d'augmenter le rendement du maïs devraient simultanément augmenter l'efficacité de l'utilisation de l'eau et de l'azote, mais la gestion simultanée du stress hydrique et azoté est difficile. Dans ce contexte, d'autres études empiriques et de modélisation sont nécessaires pour améliorer la gestion de l'azote dans des climats variables et changeants, conduisant à des outils d'aide à la décision faciles à utiliser. Le projet reconnaît que la transition de l'adoption initiale dans des projets pilotes à une mise à l'échelle soutenue des technologies a été limitée et pourrait être accélérée grâce à l'intégration d'opportunités commerciales et d'investissement pour les agents de changement dans la chaîne de valeur. Le projet se concentre sur l'amélioration de la productivité et de la résilience des systèmes de culture à base de maïs dans l'est du Kenya, avec les objectifs permettant de :

  1. Caractériser les modèles commerciaux qui soutiennent l'adoption et la mise à l'échelle des technologies, des innovations et des pratiques de gestion des nutriments sensibles aux conditions météorologiques
  2. Identifier et cartographier les schémas de stress du maïs
  3. Limites supérieures de référence pour l'efficacité d'utilisation de l'eau et de l'azote du maïs
  4. Valider et promouvoir les meilleures pratiques de gestion pour la conservation de l'humidité du sol et l'efficacité de l'utilisation de l'azote
  5. Développer et valider un calculateur de budget eau et N facile à utiliser

Les résultats du projet informeront et créeront des opportunités d'investissement dans les outils numériques d'agriculture de précision, les services de vulgarisation en ligne, la mécanisation agricole et l'assurance-récolte. Les petits exploitants agricoles bénéficieront d'un rendement amélioré, de bénéfices plus élevés, d'un risque réduit et de la résilience des systèmes.


Dr. Abdelaziz Bouizgaren, chercheur principal – Institut National de la Recherche Agronomique (INRA Maroc), Marrakech, Maroc

Améliorer l'efficacité de l'utilisation de l'eau et des nutriments pour accroître la résilience climatique de l'olive marocaine

Le futur climat mondial devrait devenir de plus en plus problématique pour l'agriculture, entraînant probablement des pénuries chroniques d'eau et, par conséquent, des difficultés dans la gestion des vergers avec une baisse potentielle de la productivité et de la qualité. Le changement climatique spatio-temporel devrait être dramatique avec des impacts inattendus sur les systèmes agricoles et les moyens de subsistance des agriculteurs. Au Maroc, l'olivier, l'une des espèces stratégiques dans les politiques agricoles, est aujourd'hui parmi les arbres les plus soumis à la rareté de l'eau et donc à la baisse de productivité. Dans ce contexte, le projet 'OliveFertiClim' vise à étudier le compromis entre l'efficacité d'absorption des nutriments et la réponse de l'olivier à la disponibilité en eau du sol et au déficit de pression de vapeur sous système irrigué dans des climats contrastés (Nord et Centre-Sud Maroc) avec l'utilisation de technologies de détection. Dans le cadre du projet, des enquêtes sur le terrain seront menées pour identifier et évaluer les systèmes de production, les pratiques et les modèles commerciaux réels. Les essais combineront trois régimes d'irrigation basés sur l'évapotranspiration de l'olivier et les mélanges de quatre niveaux de fertilisation NPK déterminés par l'analyse du sol. Une attention particulière sera accordée aux rendements, à l'absorption des nutriments, aux caractéristiques physiologiques, au rendement en huile et à la qualité biochimique afin de développer une gestion efficace de la fertigation pour l'optimisation de l'utilisation de l'eau et de la fertilisation, afin d'améliorer la résilience de l'olivier face au changement climatique actuel, en particulier le stress hydrique. . Le projet a l'ambition de contribuer à la préservation des ressources nationales en eau et en terres et à valoriser les agroécosystèmes où la disponibilité de l'eau est une limitation majeure en promouvant la culture de cultivars d'oliviers résilients au déficit hydrique parallèlement à l'adoption de bonnes pratiques en matière de nutriments hydriques. Grâce à ce projet, les revenus des producteurs d'olives devraient être améliorés grâce à la réduction des coûts de production en réduisant les apports d'eau et d'engrais avec l'assurance d'une qualité standard d'olive et d'huile d'olive. En outre, l'utilisation de solutions numériques basées sur les technologies de télédétection pour surveiller l'état hydrominéral de l'oliveraie à travers la construction d'un modèle complet et prédictif entre l'imagerie spectrale et le compromis entre la fertilisation et l'efficacité de l'utilisation de l'eau, ce qui assure un rendement et une production optimum dans le respect des normes de qualité des olives et de l'huile. Ce projet s'inscrit dans la nouvelle stratégie agricole nationale « Génération verte 2020-2030 » et entend apporter de nouvelles opportunités pour de nouvelles stratégies de gestion des oliveraies et des opportunités d'affaires pour les acteurs locaux, en développant un modèle de gestion pour atténuer la vulnérabilité des agriculteurs et identifier ressources génétiques potentielles avec une grande plasticité au stress hydrique ainsi qu'une voie de décision proactive pour un processus de prise de décision rapide.

Le projet sera mis en œuvre en deux composantes avec les objectifs suivants :

Composante 1 : Gestion efficace de la fertirrigation dans des conditions de déficit hydrique

  1. Déterminer le compromis optimal entre fertilisation et irrigation déficitaire de l'olivier
  2. Identifier les étapes phonologiques critiques de la nutrition des olives en analysant la dynamique des nutriments sous système irrigué
  3. Évaluer l'impact du compromis optimal entre fertilisation et irrigation déficitaire de l'olivier sur les paramètres de qualité et de pureté des huiles d'olive produites
  4. Déterminer les biomarqueurs les plus pertinents liés à la résilience de l'eau et à l'efficacité de l'absorption des nutriments chez l'olivier sous le changement climatique actuel
  5. Choisir un ensemble de génotypes avec une tolérance élevée à la sécheresse ainsi qu'une efficacité d'utilisation des nutriments

Composante 2. Suivi par télédétection de l'état hydrominéral des oliveraies

  1. Construire des modèles complets basés sur des indices de télédétection dérivés (images de drones) pour surveiller l'état hydrominéral de l'olivier sous irrigation déficitaire
  2. Améliorer les revenus et la compétitivité des agriculteurs en réduisant les intrants (eau et nutriments) et/ou en améliorant leurs pratiques agricoles

Dr Edward Yeboah, co-chercheur principal - CSIR-Soil Research Institute, Kumasi, Ghana

Dr George Ashiagbor, co-chercheur principal - Faculté des ressources naturelles renouvelables, Université des sciences et technologies Kwame Nkrumah (FRNR-KNUST), Kumasi, Ghana

Un cadre soutenu par la télédétection qui encourage la gestion agronomique spécifique au site des petites exploitations de cacao au Ghana

Les rendements de cacao au Ghana sont inférieurs (en moyenne de 350 kg/ha) à ceux des principaux pays producteurs comme la Côte d'Ivoire avec un rendement moyen de 800 kg/ha et la Malaisie de 1700 2018 kg/ha (Akrofi-Atitianti et al., 2020). La faible productivité associée aux prix à la production bas/en baisse a entraîné une réduction des revenus des petits producteurs de cacao, accentuant la prévalence de la pauvreté (Fountain et Hütz-Adams 2). L'intensification par l'application d'engrais et les meilleures pratiques agronomiques/gestion des exploitations garantit une productivité ou un rendement élevé du cacao. Néanmoins, la pratique actuelle d'application générale d'engrais par les agriculteurs sans connaître les conditions de production spécifiques au site peut ne pas se traduire par une amélioration du rendement. L'utilisation excessive et/ou inefficace des engrais entraîne un gaspillage des ressources financières des agriculteurs et la pollution chimique de l'environnement agricole. De plus, les bonnes pratiques agronomiques sont fragmentées. Cela constitue un obstacle à l'adoption. Pour s'assurer que la production de cacao est économiquement viable et respectueuse de l'environnement, il est nécessaire de développer des techniques qui peuvent augmenter la productivité grâce à une efficacité accrue de l'application de fertilisation. Il est prévu que les connaissances et les leçons générées par le projet soient présentées sous une forme simplifiée et démontrées à la ferme pour servir de référence pour la pratique et l'adoption par les agriculteurs. Le projet FRAME-Cocoa vise à développer un cadre analytique utilisant des données sur les propriétés physiques et chimiques du sol, des observations agronomiques, les connaissances indigènes des agriculteurs et des données satellitaires Sentinel pour recommander une fertilisation du cacao spécifique au site au Ghana. Le projet ciblera deux (50) régions productrices de cacao, à savoir les régions d'Ashanti et de l'Ouest. Trois districts seront sélectionnés dans chaque région et XNUMX agriculteurs seront sélectionnés dans chaque district.

L'objectif global du projet FRAME-Cocoa est de contribuer à l'amélioration des rendements dans les plantations de cacao au Ghana grâce à des études pédologiques et agronomiques détaillées, l'application de technologies de télédétection par satellite et le développement d'un cadre pour les recommandations d'engrais spécifiques au site.

Les objectifs spécifiques sont de :

  1. Développer des indicateurs de performance des cultures spécifiques au site basés sur la fertilité du sol, la gestion des cultures, y compris la nutrition, les informations existantes sur la carte des sols et les données météorologiques
  2. Évaluer la faisabilité de la technologie de l'information de télédétection pour caractériser la performance des cultures
  3. Comprendre les opportunités spécifiques au genre d'adopter des interventions d'engrais spécifiques au site (élaborées à travers des enquêtes de diagnostic)

Documenter une preuve de concept qui structure les opportunités de changement autour de modèles commerciaux clairement articulés, qui expliquent les détails de l'innovation et identifient les options pour une mise à l'échelle durable des interventions.

COMMENTAIRES 02

Les commentaires sont fermés.

EnglishFrançais