L'expérimentation à la ferme au centre de la conférence africaine sur l'agriculture de précision

L'expérimentation à la ferme au cœur de la 2nd Conférence africaine sur l'agriculture de précision

En décembre dernier, la longue lignée des réunions scientifiques sur l'agriculture de précision a conduit à une conférence atypique intercontinentale de 5 jours en Afrique. Pour ma plus grande joie, c'était aussi une occasion rare de voir les questions humaines occuper une place à part entière dans le programme.

La deuxième itération du Conférence africaine sur l'agriculture de précision (AfCPA) réuni plus de 700 participants de 34 pays dans leur participation au sein d'un format hybride provenant de 11 sites en personne à travers l'Afrique. J'ai eu la chance d'assister en personne sur le site principal de Nairobi et de découvrir à quel point les conférences peuvent être formidables - en particulier après Covid, en particulier dans un pays aussi accueillant que le Kenya (et oui, nous avons vu environ * 40 * différentes espèces d'animaux lors de notre safari post-conférence) !

Avancer, sur le siège avant

Mon intérêt pour la conférence n'était pas uniquement dans les bonbons techniques. J'aime entendre parler des derniers développements technologiques, des drones et de l'imagerie aux systèmes d'aide à la décision. Ce que j'attends le plus avec impatience, cependant, c'est l'insolite. Plus précisément, quels rôles actifs les sciences sociales peuvent-elles jouer dans Agriculture de précision. Ce domaine appliqué a connu de nombreux progrès, principalement de nature technologique. j'enquête Socio- les lacunes techniques, un chemin moins fréquenté qui consiste à trouver des moyens pratiques de construire des ponts entre la science et les gens.

Expérimentation à la ferme centrée sur l'agriculteur (OFE) fait partie de ces voies. J'ai présenté comment les agriculteurs et les chercheurs co-concevant la recherche et co-interprétant les résultats représentent l'aboutissement de siècles de développement agronomique. Cependant, « tresser » activement les savoirs complémentaires produits par la science et par l'agriculture est encore rarement promu par les institutions scientifiques. La première conférence internationale consacrée au sujet, OFE2021, n'a eu lieu que l'année dernière.

C'est pourquoi la tenue d'une session complète lors d'une réunion scientifique de premier plan est très significative. A. Pr Louis Longchamps de l'Université Cornell dans l'État de New York a parlé de l'urgence scientifique de l'expérimentation à la ferme. Le panel de discussion de suivi a présenté des expériences contrastées : Dr. Ivan Adolwa diriger un vaste programme OFE dans 5 pays africains, Davis Gathumbi avec une expérience en développement des affaires représentant Producers Direct, et Docteur James Taylor, directeur de recherche à INRAE ​​dans le sud de la France. Tous expérimentent avec des agriculteurs, en utilisant des outils numériques variés.

À emporter : de l'éducation à la création de valeur

Le panel a expliqué pourquoi l'OFE est nécessaire dans des environnements aussi différents que les petites exploitations de café, les cultures de couverture à grande échelle ou les vignobles méditerranéens. La possibilité d'encourager les penseurs critiques par le biais de cours universitaires réunissant des étudiants, des enseignants et des agriculteurs a fait écho aux commentaires précédents de la conférence sur la manière d'engager les jeunes de manière significative dans l'agriculture à travers le sujet populaire des technologies de l'information et de la communication. Le message le plus important provenait peut-être de Pr Simon Cook, rappelant que les orientations stratégiques doivent se focaliser sur la proposition de valeur pour les partenaires OFE : comment créons-nous de la valeur, ensemble, grâce à la puissance de nos outils scientifiques.

Pour moi, un autre point à retenir est que les conférences restent une occasion privilégiée d'avoir un aperçu des réalités agricoles variées (nous avons visité une ferme de thé sans maladie et une coopérative de riz luttant contre les importations de riz bon marché) tout en établissant des liens potentiellement durables. Certes, beaucoup de choses doivent changer avec les formats de communication de la science, comme le rappellent les sciences du sol Professeure et spécialiste de la vulgarisation Brenda Ortiz, et illustré par le discours captivant et bruyant de Fermier-expérimentateur-sénateur Robert Blair de l'Idaho ! (qui, vous devez le savoir, fait pousser des pommes de terre !)

Tous mes remerciements au personnel de APNI, l'Initiative africaine pour la nutrition des plantes, pour l'organisation d'un événement mémorable. Mon seul regret est de ne pas avoir pu partager le à leurs besoins. à Abidjan, Le Caire, Addis-Abeba, Tamale, Keffi, Pietermaritzburg, Lomé, Tunis, Kampala et Harare ! Peut-être la prochaine fois…

Rédigé par Docteur Myrtille Lacoste, Chercheur et consultant indépendant | France-Australie

 

EnglishFrançais