Transformer l'agriculture grâce à l'expérimentation menée par les agriculteurs

Transformer l'agriculture grâce à l'expérimentation menée par les agriculteurs

Les progrès de la recherche à l'échelle du paysage et la demande accrue d'informations exploitables à la ferme remodèlent la relation entre les chercheurs et les agriculteurs ; un accent renouvelé sur les approches inclusives et pratiques aide les agriculteurs à convertir la recherche en pratique

Les agronomes changent leur façon de penser comment et pourquoi ils font des recherches sur le terrain. Un récent article publié dans Nourriture nature suggère qu'une des principales motivations de ce changement est l'accumulation de preuves mettant en évidence les limites de la recherche conventionnelle sur les petites parcelles. Historiquement, la recherche sur le terrain conventionnelle a manqué d'applicabilité à grande échelle. Les critiques suggèrent également que la recherche a été encline à générer des informations moins exploitables et structurées de manière à ce que les recommandations aient tendance à découler d'analyses inaccessibles et de publications évaluées par des pairs.

Partout dans le monde, les agriculteurs sont régulièrement confrontés à un mélange de défis économiques, environnementaux et sociaux. Ces pressions entraînent la demande de solutions sur mesure, adaptées au changement. Dans le même temps, les agriculteurs sont souvent entravés par un accès limité aux systèmes de soutien, même de base. Ce sont les utilisateurs finaux ultimes des informations et des recommandations générées par la recherche. Pourtant, les agriculteurs ont été largement écartés du processus de découverte scientifique.

Des institutions telles que l'Institut africain de nutrition végétale (APNI) développent des initiatives d'expérimentation à la ferme qui peuvent être intégrées de manière unique dans la gestion d'une ou de plusieurs fermes. Sur la photo : un agriculteur éthiopien (à gauche) avec le Dr Shamie Zingore, directeur de la recherche et du développement de l'APNI (à droite). Image de S. Njoroge/APNI

L'engagement des agriculteurs est la clé

Dans leur article intitulé «Expérimentation à la ferme pour transformer l'agriculture mondiale», l'équipe de scientifiques est décrite comme un réseau d'institutions internationales ayant les objectifs communs de « officialiser le domaine scientifique émergent de la recherche OFE », et le fer de lance du mouvement vers le développement de l'OFE comme moyen plus répandu de faire de la recherche sur le terrain.

À la base, l'approche dépend d'un cycle continu d'engagement, d'évaluation, de rétroaction et d'amélioration à la ferme. Semblable au concept d'enrichissement du produit à travers une chaîne de valeur, l'innovation scientifique gagne idéalement en efficacité au fur et à mesure qu'elle progresse dans un processus scientifique. Il ressort des arguments présentés qu'OFE associe fortement une philosophie centrée sur les agriculteurs comme ingrédient clé d'un programme de recherche sur le terrain adapté aux agriculteurs.

OFE se définit comme un processus d'innovation qui rassemble les acteurs agricoles autour d'expérimentations mutuellement bénéfiques pour accompagner les décisions de gestion des agriculteurs.

La communauté de pratique de l'OFE est occupée à faire évoluer et à adapter la science à différentes échelles. L'article présente 11 exemples d'OFE fonctionnant actuellement à travers le monde, tous évaluant des traitements intégrés à l'ensemble de l'exploitation agricole et soumis aux conseils d'une consultation régulière des agriculteurs.

L'intérêt et l'élan actuels pour l'OFE peuvent être liés à la croissance et aux investissements actuels dans la technologie numérique (DA) dans l'agriculture. Une meilleure accessibilité de l'AD élargit les capacités de la recherche sur le terrain et se concentre de plus en plus sur la résolution des problèmes auxquels les agriculteurs sont confrontés à des échelles plus pertinentes.

Accusé de réception

Ce résumé est extrait de l'article publié par M. Lacoste, S. Cook, M. McNee, D. Gale, J. Ingram, V. Bellon-Maurel, T. MacMillan, R. Sylvester-Bradley, D. Kindred, R. Bramley, N. Tremblay, L. Longchamps, L. Thompson, J. Ruiz, FO García, B. Maxwell, T. Griffin, T. Oberthür, C. Huyghe, W. Zhang, J. McNamara et A. Hall 2021. Expérimentation à la ferme pour transformer l'agriculture mondiale. https://doi.org/10.1038/s43016-021-00424-4

Le consortium de chercheurs qui a collaboré à cet article représente le Centre pour l'Agriculture Numérique, Université Curtin, Perth, Australie-Occidentale, Australie.; Institut Supérieur de Connaissances sur les Transitions de Montpellier (MAK'IT), Université de Montpellier, Montpellier, France ; Centre d'agriculture numérique, Université Murdoch, Perth, Australie-Occidentale, Australie.; Département de l'agriculture, Gouvernement des îles Falkland, Stanley, îles Falkland ; Institut de recherche sur la campagne et la communauté, Université de Gloucestershire, Cheltenham, Royaume-Uni ; Technologies et méthodes pour les agricultures de demain (ITAP), Université de Montpellier–Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE)–L'Institut Agro, Montpellier, France ; Laboratoire de convergence de l'agriculture numérique (#DigitAg), Institut national de recherche pour l'agriculture, Alimentation et Environnement (INRAE), Montpellier, France ; Centre pour une innovation efficace en agriculture, Université Royal Agricultural, Cirencester, Royaume-Uni ; ADAS, Cambridge, Royaume-Uni ; Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO), Adélaïde, Australie-Méridionale, Australie ; Centre de recherche et développement de Saint-Jean-sur-Richelieu, Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada; École des sciences végétales intégratives, L'Université Cornell, Ithaca, NY, États-Unis ; Institut de l'agriculture et des ressources naturelles, University of Nebraska-Lincoln, Falls City, NE, États-Unis ; Centre de recherche sur les interactions avec les bassins versants et les écosystèmes aquatiques (RIVE), Université du Québec à Trois-Rivières, Trois-Rivières, Québec, Canada; Groupe du cône sud d'Amérique latine, Institut International de Nutrition Végétale (IPNI), Buenos Aires, Argentine; Faculté des sciences agronomiques, Université nationale de Mar del Plata, Balcarce, Argentine; Institut du Montana sur les écosystèmes, Montana State University, Bozeman, MT, États-Unis ; Département d'économie agricole, Kansas State University, Manhattan, KS, États-Unis ; Groupe Asie du Sud-Est, Institut International de Nutrition Végétale (IPNI), Penang, Malaisie; Développement des affaires et des partenariats, Institut Africain de la Nutrition des Plantes (APNI), Benguéir, Maroc ; Direction Scientifique de l'Agriculture, Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE), Paris, France; Collège des ressources et des sciences de l'environnement et Académie nationale du développement vert de l'agriculture, Université agricole de Chine, Pékin, Chine; Programme National de Nutrition Animale (NANP), Département de l'agriculture des États-Unis (USDA), Pullman, WA, États-Unis ; Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO), Canberra, Territoire de la capitale australienne, Australie.

Contributeurs APNI : Gavin Sulewski, rédacteur en chef ; Dr. Thomas Oberthür, Directeur Affaires et Partenariats.

EnglishFrançais