Récipiendaires sélectionnés pour le prix African Plant Nutrition Scholar Award

Récipiendaires sélectionnés pour le prix 2022 African Plant Nutrition Scholar Award

Benguérir, Maroc, le 24 août 2022 - L'Institut Africain de la Nutrition Végétale (APNI) a annoncé les finalistes de son prix annuel African Plant Nutrition Scholar Award.

Au total, dix étudiants africains ont été sélectionnés dans des programmes scientifiques avancés axés sur la nutrition des plantes et la gestion des nutriments appliqués aux cultures en Afrique. Chaque étudiant reçoit 2,000 XNUMX $ (dollars américains).

"Les établissements d'enseignement que ces jeunes représentent, ainsi que leurs professeurs et conseillers, peuvent être fiers des réalisations de leurs étudiants. a déclaré le Dr Kaushik Majumdar, directeur général de l'APNI. "Notre comité de sélection adhère à des directives rigoureuses en tenant compte des aspects importants des réalisations académiques et personnelles de chaque candidat. »

Cette bourse est soutenue par le partenariat continu et précieux de l'APNI avec l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) et le Groupe OCP (OCP SA). Cette initiative s'efforce d'encourager les esprits les plus brillants à se concentrer sur l'objectif critique de l'avancement continu de la science de la nutrition des cultures à travers l'Afrique. Les récipiendaires de cette année incluent :


Mme Sylvia Imbuhila BULETI - Kenya

Programme de doctorat, Jomo Kenyatta University of Agriculture and Technology, Juja, Kenya

Domaine d'étude: Intensification durable des systèmes agricoles des petits exploitants en utilisant le push-pull comme modèle.

Les écarts de rendement des cultures continuent de se creuser en Afrique subsaharienne, d'où la pression pour produire davantage. La technologie de culture push-pull (une stratégie de culture intercalaire pour lutter contre les ravageurs agricoles en utilisant des plantes répulsives «push» et des plantes pièges «pull»), est l'une des pratiques d'intensification des cultures appliquées dans les petits exploitants. systèmes de production céréalière pour lutter contre les insectes ravageurs (légionnaire d'automne et foreur de tige) et la striga, tout en améliorant la santé des sols et en fournissant du fourrage. Cependant, la technologie est actuellement limitée aux céréales et aux petites parcelles. 

L'étude de Mme Buleti vise à identifier les opportunités d'intensification de la technologie push-pull dans l'ouest du Kenya et à déterminer l'efficacité de certaines pratiques d'intensification durable sur la fertilité des sols, la gestion des ravageurs et des mauvaises herbes et la productivité des cultures. Objectifs d'intensification supplémentaires pour diversifier les revenus et les régimes alimentaires afin de renforcer la sécurité alimentaire et d'améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs. En outre, il contribuera à l'élaboration de politiques sur les petits exploitants pour la réalisation d'objectifs de développement durable tels que la faim zéro. 

Mme Buleti est une passionnée de la sécurité alimentaire, passionnée par le mentorat, la recherche et la formation sur la fertilité des sols et la santé des cultures. Ses recherches actuelles sur les stratégies de gestion durable des sols et des ravageurs lui permettent de contribuer à combler les lacunes en matière de connaissances et de techniques dans le domaine agricole au Kenya et dans le monde. Elle cible le travail avec des institutions de recherche et de formation comme moyen de renforcement des capacités afin qu'elle puisse contribuer à la communauté agricole mondiale dans les efforts visant à assurer la sécurité alimentaire mondiale et la conservation de l'environnement. 


M. Bira Cheneke FEYISSA - Éthiopie

M.Sc. Programme, Collège des sciences de l'agriculture et de l'environnement, Université Haramaya, Dire Dawa, Ethiopie

Domaine d'étude: Effet de Parkland Ziziphus spina-christi L. et Mangifera indica L. sur certaines propriétés physicochimiques du sol et du rendement du sorgho dans le district de Sofi, région de Harari, Éthiopie.

Mangifera indique et un Ziziphus spina-christi les arbres sont souvent plantés avec du sorgho et gérés comme agroforesterie de parc dans la région de Harari en Éthiopie. Cependant, les informations concernant les effets de ces deux espèces d'arbres sur la santé du sol et le rendement du sorgho sont très rares et non étudiées scientifiquement. 

Les recherches de M. Feyissa visent à étudier les effets des parcs M. indica et un Z. spina-christi arbres sur les propriétés physico-chimiques sélectionnées du sol et le rendement du sorgho à l'intérieur et à l'extérieur de la canopée de l'arbre et à différentes profondeurs de sol dans la région. Les résultats seront utiles aux agriculteurs et aux autres parties prenantes pour donner un aperçu des effets des arbres des parcs sur la fertilité des sols et le rendement du sorgho dans leurs terres agricoles. Les informations peuvent également aider à concevoir une utilisation durable des terres qui pourrait améliorer la productivité des cultures tout en maintenant et en améliorant la base de ressources. 

M. Feyissa espère atteindre ses objectifs futurs de devenir un chercheur professionnel en agriculture et en ressources naturelles travaillant pour aider à améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs et la résilience au changement climatique en Éthiopie et en Afrique. 


Monsieur Emmanuel HANYABUI - Ghana

Programme de doctorat, Département des sciences du sol, Université de Cape Coast, Cape Coast, Ghana

Domaine d'étude: Rendement, qualité nutritionnelle de l'ananas et livraison des écosystèmes du sol dans un sol pauvre en nutriments amendé avec des engrais inorganiques et organiques.

Les recherches de M. Hanyabui visent à examiner l'effet de l'amendement inorganique et organique sur le rendement et la qualité nutritionnelle de l'ananas, ainsi que les services écosystémiques du sol dans les sols ghanéens à faible teneur en nutriments. 

Les stratégies actuelles pour augmenter et maintenir les niveaux de rendement de l'ananas se caractérisent par une forte application d'engrais minéraux, un faible apport de matière organique et une forte application de pesticides et d'herbicides. Cependant, il existe peu d'informations sur les réponses de l'ananas aux engrais NPK inorganiques en termes de croissance de l'ananas, de rendement en fruits et de qualité nutritionnelle. 

L'objectif des recherches d'Emmanuel est d'utiliser des outils innovants d'agriculture de précision pour déterminer l'effet d'applications d'engrais sur mesure ou spécifiques au site, en particulier le phosphore (P), pour améliorer le rendement et la qualité nutritionnelle de l'ananas. Ce projet aidera à prédire les taux variables d'application d'engrais inorganiques NPK pour une production d'ananas rentable et écologiquement rationnelle. Il est prévu que le la mise en œuvre de l'application d'engrais spécifique au site augmentera le rendement des ananas, la qualité nutritionnelle et les revenus des agriculteurs. 

L'objectif de carrière d'Emmanuel est de devenir un expert en gestion de la fertilité des sols (enseignant et chercheur) de renommée internationale, servant d'agent de changement positif pour la gestion des sols pour le développement agricole durable et la préservation de l'assainissement environnemental. Il souhaite collaborer avec des scientifiques du sol et de l'environnement renommés et expérimentés à travers le monde. Il aspire également à collaborer avec des experts d'autres disciplines liées à l'agriculture pour mener à bien des projets multidisciplinaires qui garantiront des systèmes de production agricole résilients et rentables et amélioreront la sécurité alimentaire de la population africaine en plein essor. 


Monsieur Damien Raphaël KWASLEMA - Tanzanie

M.Sc. Programme, Université d'agriculture de Sokoine, Morogoro, Tanzanie

Domaine d'étude: Influence des sources de carbone organique et d'azote sur la capacité bactérienne à solubiliser le phosphate naturel et à améliorer la croissance des plantes dans les sols acides et calcaires.

Les recherches de M. Kwaslema visent à développer une formulation rentable et écologique de biofertilisant phosphaté pour améliorer la disponibilité du phosphore (P) dans le sol et la croissance des plantes dans les sols acides et calcaires de Tanzanie. 

Pour y parvenir, Damiano travaille à isoler et à caractériser les micro-organismes solubilisants P (PSM) des sols acides et calcaires de Tanzanie, à examiner l'influence des sources locales de carbone organique (C) et des sources d'azote (N) de qualité engrais pour améliorer Minjingu Solubilisation du phosphate de roche par les PSM et évaluer la capacité de la formulation de phosphate de roche de PSM à améliorer la disponibilité du phosphore et les rendements du maïs sur ces sols acides et calcaires. Cette étude aborde le manque de connaissances actuel sur le potentiel des PSM et des biofertilisants phosphatés provenant des réserves locales de phosphore et des déchets organiques. 

En Tanzanie, la productivité des cultures telles que le maïs est assez très faible à 1.6 t/ha. En ce qui concerne l'augmentation de la consommation de maïs dans le pays et le potentiel de la Tanzanie à être un grenier à blé pour toute la région de l'Afrique de l'Est, la production de maïs doit être stimulée. Ceci peut être réalisé en améliorant la fertilité du sol par la fertilisation. Il est donc impératif de produire localement des biofertilisants rentables et respectueux de l'environnement qui pourraient améliorer la productivité des cultures des petits exploitants agricoles qui pourraient rarement se permettre des engrais à prix élevé. Le biofertilisant conçu pourrait y parvenir en améliorant la disponibilité des éléments nutritifs du sol, en particulier le P, qui est limitant dans les sols en raison de la prévalence de sols à forte capacité de sorption de P. 

L'objectif professionnel immédiat de Damiano est d'obtenir son M.Sc. avec un haut niveau académique. Il aspire à contribuer aux objectifs de développement durable en tant que chercheur innovant, consultant et leader en science du sol. 


Mme. Kah Kyria Ngiah-Sah - Cameroun

Programme de doctorat, Université pour les études de développement, Tamale, Ghana

Domaine d'étude: Effet de différents niveaux de fertirrigation sur le rendement et la qualité des légumes dans les taillis protégés dans les zones arides du Cameroun.

Le travail de Mme Ngiah-Sah est axé sur le développement de stratégies pour mieux gérer la production de légumes à haut rendement et de qualité supérieure. cultures avec une meilleure efficacité d'utilisation de l'eau et des nutriments grâce à régimes d'application des micro et macronutriments. Elle étudie l'ingénierie de l'irrigation et du drainage dans l'un des centres d'excellence africains, le Centre ouest-africain pour l'eau, l'irrigation et l'agriculture durable (WACWISA), créé par l'Université d'études sur le développement. Ses recherches seront menées dans des serres connectées aux gouttières situées dans trois zones agro-écologiques différentes du Cameroun. 

L'impact de l'étude ajoutera des connaissances sur le rendement, la qualité et l'analyse physiologique spécifiques à chaque pays pour étendre la compréhension et l'amélioration de la production en serre en suivant des stratégies résilientes. Elle considère également cette recherche comme une contribution significative à la réalisation des objectifs de développement durable 1, 2, 3, 5, 13 et 15. 

L'objectif actuel de Kah Kyria est de terminer son doctorat. thèse avec des publications dans des revues à fort impact et de s'assurer que ces résultats profitent aux agriculteurs et aux chercheurs pour améliorer la fertilité des sols, la gestion des éléments nutritifs dans la production de légumes et, par la suite, l'agriculture de précision. Elle se réjouit de travailler avec un institut de recherche international qui lui permettra d'exercer son expertise et ses expériences dans la recherche de solutions durables aux problèmes qui affligent le secteur des légumes. Ses objectifs à long terme sont de devenir une chercheuse de premier plan consacrée à travailler en étroite collaboration avec les agriculteurs, en les dotant de techniques pour maximiser le rendement des cultures. 


Monsieur Daniel Anyigulile MWAIKAMBO - Tanzanie

M.Sc. Programme, Botanique Appliquée, Université de Dar es Salam, Tanzanie.

Domaine d'étude: Evaluation des effets des caractéristiques physico-chimiques du sol sur la qualité nutritionnelle des fruits du germoplasme local d'avocat cultivé dans le district de Mbozi.

L'étude de M. Mwaikambo vise deux objectifs. Premièrement, établir le profil de la qualité nutritionnelle des fruits d'avocat locaux cultivés dans le district de Mbozi ; la seconde est d'évaluer l'influence des propriétés physico-chimiques du sol [texture du sol, pH, CEC, EC, carbone organique (C), azote total (N), phosphore assimilable (P), calcium (Ca), magnésium (Mg), et un potassium (K)] sur la qualité nutritionnelle des fruits d'avocat locaux. 

Le profilage de la qualité nutritionnelle des fruits d'avocat locaux améliorera la valeur de la récolte sur le marché international. En outre, l'étude aidera à identifier les germoplasmes locaux d'avocat à haute valeur nutritionnelle, pour être de bonnes sources de greffons pour la greffe. Les travaux de Daniel aideront également à identifier les principales propriétés physicochimiques du sol qui affectent la qualité nutritionnelle des fruits d'avocat locaux et suggéreront donc l'application de pratiques agronomiques appropriées. pour l'amélioration d'une qualité nutritionnelle particulière. Les résultats fourniront la base de données de référence pour de nouvelles recherches sur les avocats trouvés en Tanzanie. 

L'objectif de Daniel est de devenir chercheur en nutrition végétale, en particulier pour les cultures locales. Cela comprend des recherches qui identifient la meilleure combinaison de pratiques agronomiques les plus à même d'améliorer la productivité, la nutrition et la durée de conservation après récolte des fruits et légumes locaux. Courant marchéefforts sont entravés par une courte durée de conservation, un mauvais profil nutritionnel, ou de mauvaise qualité nutritionnelle, qui peut être résolu par l'utilisation de stratégies appropriées de nutrition des plantes. 


Mme. Rumbidzai W. NYAWASHA – Zimbabwe

Programme de doctorat, Ddépartement des sciences et technologies des productions végétales, Université du Zimbabwe, Mont Pleasant, Harare, Zimbabwe

Domaine d'étude: Séquestration du carbone organique du sol à travers les échelles dans une région subhumide du Zimbabwe.

L'objectif principal de Mme Nyawasha est de comprendre les moteurs biophysiques et socio-économiques de la séquestration du carbone organique du sol (COS) à trois échelles agricoles plus petites (parcelle, ferme et village) dans le district de Murewa, au Zimbabwe. 

S'appuyant sur des recherches antérieures qui ont montré le rôle important que joue la dotation en ressources pour influencer la prise de décision sur l'utilisation des ressources et la dynamique des éléments nutritifs au niveau de la parcelle et de l'exploitation ; cette étude utilisera les informations sur l'utilisation et la gestion des terres fournies par les agriculteurs locaux pour comprendre comment les changements à long terme dans les modes d'utilisation et la gestion des terres affectent le contenu du COS dans la région. Un exercice d'échantillonnage des sols à grande échelle sera effectué à partir des terres cultivées et des pâturages communs dans le but de créer des cartes des flux de carbone et de nutriments des terres cultivées vers les pâturages communs - cela fournira une base de référence de la distribution actuelle. L'échantillonnage des sols sera complété par des enquêtes sur les rendements afin de mieux comprendre comment le rendement des cultures est lié aux stocks de COS et, en fin de compte, à la fertilité des sols. Ces informations, combinées aux caractérisations des systèmes agricoles et aux modèles de simulation, nous permettront d'évaluer des systèmes alternatifs qui créent des synergies et des compromis entre la productivité des cultures et la séquestration du carbone dans le sol. 

Rumbidzai a l'intention de poursuivre une carrière dans la recherche avec un accent particulier sur le travail qui la rapproche des petits exploitants agricoles en Afrique rurale - pour qui l'agriculture n'est pas seulement un moyen de subsistance mais un mode de vie. Elle est convaincue qu'ils ont besoin d'informations plus adaptées pour améliorer la productivité des sols et améliorer leur agriculture. Elle espère travailler avec des instituts de recherche dont l'objectif est de promouvoir des solutions agricoles durables pour les petits exploitants agricoles - en mettant l'accent sur le passage de la science du bureau du scientifique au petit carnet de l'agriculteur. 


Mme Mbarka OUTBAKAT – Maroc

Programme Doctoral, Centre d'Innovation Agricole et de Transfert de Technologie (AITTC), Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P), Benguérir, Maroc

Domaine d'étude: Valorisation du phosphogypse en agriculture comme amendement et engrais.

La salinité est l'un des défis les plus critiques auxquels est confrontée la sécurité alimentaire, en particulier dans les zones arides et semi-arides. La superficie saline totale est d'environ 1 milliard d'hectares, dont 63 % sont situés en Afrique. Le phosphogypse (PG) est largement utilisé pour la régénération des sols salins. Les recherches de Mme Outbakat ont installé des essais en pot à la ferme expérimentale UM6P de Benguérir pour évaluer l'effet du PG sur les cultures et les sols affectés par la salinité et pour enquêter sur la sécurité de son application en fonction des teneurs en métaux lourds et en éléments radioactifs dans l'eau-sol- système végétal. 

La faible fertilité des sols menace également gravement la sécurité alimentaire, en particulier en Afrique. L'utilisation d'engrais à faible coût, tels que le PG, serait une alternative prometteuse pour augmenter la productivité agricole. Le PG a montré des effets positifs sur la fertilisation des cultures car il contient plusieurs nutriments [calcium (Ca), soufre (S) et phosphore (P)] qui sont vitaux pour la croissance des cultures. Un essai sur le terrain a également été installé à la ferme expérimentale de l'UM6P pour évaluer l'effet du PG comme engrais à faible coût et étudier la sécurité de son application en fonction des teneurs en métaux lourds et en éléments radioactifs dans le système sol-plante. 

Mbarka travaille au sein d'une équipe de recherche contribuant à relever les défis agricoles (salinité, irrigation, efficacité nutritionnelle des plantes…), principalement au Maroc et en Afrique. Elle s'intéresse également à l'amélioration de «l'économie circulaire», qui vise à recycler les déchets en nouvelles ressources pour construire un système durable. 


Mme. Chantal Atut TIKU – Cameroun

Programme de doctorat, École d'ingénierie et Département de génie agricole, Université d'études sur le développement, Tamale, Ghana

Domaine d'étude: Effet de l'humidité du sol et des apports de potassium sur le matériel de plantation d'igname pour la production de semences d'igname dans le district de Tolon au Ghana.

L'étude de Mme Tiku vise à résoudre les problèmes liés à la nutrition dans la production d'ignames de haute qualité en évaluant l'efficacité de l'acquisition des nutriments à partir de matières organiques et inorganiques à différents niveaux de teneur en potassium (K), et l'effet sur le rendement en tubercules d'ignames de semence, la qualité et le sol. Les résultats identifieront la variété d'igname la plus appropriée pour l'absorption et l'utilisation efficace de K et la recommandation d'engrais qui maximise les rendements et restaure les éléments nutritifs du sol. Cet engrais sera recommandé aux semenciers d'ignames ainsi qu'aux variétés d'ignames les plus réactives. Les résultats de cette recherche permettront d'améliorer la production d'ignames de qualité dans les quantités requises dans toute la ceinture d'ignames d'Afrique de l'Ouest et au-delà. 

Chantal est passionnée par l'amélioration de la situation de la sécurité alimentaire au Cameroun. Elle cherche à améliorer la production de semence d'igname de qualité en bonne quantité par les producteurs de semence d'igname utilisant la semence rapide méthodes de multiplication de l'igname. Mener des recherches de pointe pour comprendre comment divers apports de nutriments affectent à la fois la production de semences et d'ignames de consommation. 

Devenir un chercheur de premier plan sur l'igname au Cameroun améliorera non seulement la production et la production du précieux tubercule au Cameroun, mais améliorera la situation de la sécurité alimentaire en Afrique centrale et occidentale et en Afrique dans son ensemble. Après l'achèvement de son doctorat. programme, Chantal envisage de rejoindre la communauté des chercheurs sur les sols, la nutrition des plantes et l'irrigation au Cameroun, pour mener des recherches et influencer les politiques en faveur d'une plus grande productivité. 


Monsieur Yahaya Mohamed YUSUF - Nigeria

M.Sc. Programme, Polytechnique Mohammed VI Université (UM6P), Benguérir, Maroc

Domaine d'étude: Une comparaison des méthodes d'extraction du phosphore du sol pour la recommandation d'engrais P basée sur des tests de sol pour la production de tomates dans l'État de Kano, au Nigeria.

Les recherches de M. Yusuf se concentrent sur le développement d'un modèle de recommandation d'engrais phosphoré (P) basé sur des analyses de sol pour augmenter la production de tomates au Nigeria. Le Nigeria est le deuxième producteur de tomates en Afrique, avec une production annuelle d'environ 2.3 millions de tonnes métriques (MMT). Étant donné que cela ne répond pas à la demande annuelle de l'Afrique actuellement estimée à environ 3.0 MMT, il est nécessaire d'augmenter la production locale de tomates pour combler cet écart. 

L'une des principales contraintes à l'amélioration de la production agricole au Nigeria est la faible fertilité des sols. Le phosphore, qui joue un rôle essentiel dans la production de tomates, est le deuxième nutriment le plus limitant de la croissance après l'azote (N). Cependant, la recherche sur les recommandations d'engrais phosphatés basées sur des analyses de sol en est à un stade préliminaire au Nigéria. 

L'objectif de Yahaya est d'évaluer différentes méthodes d'extraction de P pour une utilisation durable et économique des engrais P et de développer une concentration critique de P pour les modèles de recommandation d'engrais pour la production de tomates. Son étude présentera la méthode la plus efficace pour estimer le P disponible dans le sol à partir de laquelle un modèle mathématique pour intégrer le test de sol P, le niveau critique de P et le facteur d'exigence de P pour la recommandation d'engrais P sera développé pour augmenter la production de tomates au Nigeria. 

À l'issue de ce M.Sc. diplôme, Yahaya sera à la recherche d'une opportunité qui lui permettra de poursuivre un doctorat. et de développer son expertise et ses compétences dans mon parcours universitaire. Son objectif de carrière à long terme est d'être un chercheur scientifique basé en Afrique, spécialisé dans la recherche spécifiquement sur la fertilité des sols et la nutrition des plantes.

EnglishFrançais