Des chercheurs de Makerere promeuvent une riziculture intelligente face au climat en Ouganda

Des chercheurs de Makerere promeuvent des pratiques de riziculture intelligentes face au climat à Bunyoro, en Ouganda

Les chercheurs de l'Université de Makerere ont revitalisé les efforts des agents agricoles des districts de Kikuube et Hoima pour sensibiliser les agriculteurs à adopter des méthodes agricoles modernes afin de leur permettre de continuer à utiliser les terres épuisées.

Le chercheur principal de l'Université de Makerere, le Dr Patrick Musinguzi, affirme que les agriculteurs doivent adopter de nouvelles technologies pour pouvoir prospérer dans le secteur agricole en raison du changement climatique et de l'épuisement des sols. Musinguzi ajoute que le projet, qui a démarré en août de cette année, se concentre sur la promotion de la croissance du riz pluvial (NAMCHE5), qui est très nutritif et résistant au changement climatique.

Il a tenu ces propos le jeudi 27 octobre 2022 dans le sous-comté de Kiziranfumbi à Kikuube. C'était au cours d'un exercice de suivi des fermes de démonstration dans la région par les chercheurs. Les fermes de démonstration visent à promouvoir la culture du riz à Bunyoro.

Le Dr Patrick Musinguzi, chercheur principal de l'Université de Makerere, s'adressant aux agriculteurs lors de la visite des fermes de démonstration de riz. (Crédit photo : Peter Abaanabasazi)

Makerere University, en partenariat avec le gouvernement local du district de Kikuube, avec un financement du Institut Africain de Nutrition Végétale (APNI), met en œuvre un projet triennal baptisé : Amélioration de la productivité du riz grâce à l'adaptation d'options agricoles intelligentes face au climat et de stratégies réactives au marché en Ouganda.

Dynamiser la riziculture à Bunyoro

Le projet a été lancé à la suite de recherches qui ont révélé la réduction de la riziculture dans la région de Bunyoro en raison, entre autres, de précipitations imprévisibles et de la perte de fertilité des sols. Musinguzi a noté que dans le cadre de ce projet, ils ont établi plus de 12 fermes de démonstration et sensibilisé les agriculteurs à l'agriculture moderne. Il a ajouté que les fermes de démonstration ont été créées pour servir de centres d'apprentissage pour les agriculteurs du district afin qu'ils s'adaptent aux nouvelles technologies et aident également les chercheurs à collecter des données. Dans le cadre du projet, ils promeuvent des pratiques agronomiques appropriées en formant les agriculteurs à la gestion de l'eau dans les rizières en utilisant des diguettes, des engrais, des soins à la ferme et des plantations sèches pour s'assurer que les agriculteurs cultivent du riz dans des conditions difficiles.

« Nous poursuivons les deux stratégies : démontrer et collecter des données sur ce que nous appelons une parcelle optimisée. La méthode moderne d'agriculture est démontrée ici sur le riz, mais nous avons également une parcelle sur la façon dont les agriculteurs pratiquent l'agriculture (business as usual), nous avons donc cette comparaison. Nous faisons une intégration entre la recherche et la démonstration », dit Musinguzi.

Le président du LC5 ravi

Le président de Kikuube LC5, Peter Banura, a exprimé son enthousiasme à propos de l'initiative, affirmant qu'elle arrivait au bon moment alors que le district avait du mal à préparer la communauté à produire de la nourriture pour l'industrie pétrolière. Il a noté que les agriculteurs pratiquaient la riziculture dans le district sans la technologie et les compétences requises, ce qui a vu de nombreux agriculteurs travailler à perte. Il a déclaré que les fermes de démonstration établies dans le district aideront les agriculteurs à acquérir des connaissances, ce qui les aidera à pratiquer de bonnes méthodes de riziculture pour augmenter la production et la productivité afin d'assurer la sécurité alimentaire.

Le responsable adjoint de la production de Kikuube, Samuel Kahesi, a déclaré que la promotion du projet de culture du riz pluvial dans le district encouragera les agriculteurs qui cultivent du riz dans les zones humides à déménager. Il a félicité les bailleurs de fonds du projet, ajoutant que le projet encouragera les agriculteurs à revenir à la riziculture et que cela permettra de relever le défi de l'alimentation et de la nutrition, et de la pauvreté dans la communauté.

Paul Musigunzi, un riziculteur à Kiziranfumbi, a exprimé son enthousiasme pour le projet, affirmant qu'il va les aider à apprendre de nouvelles techniques agricoles pour augmenter leur production de riz dans le district.

Source : Peter Abaanabasazi @Nouvelle Vision

EnglishFrançais