Les pratiques 4R peuvent-elles limiter les émissions d'oxyde nitreux dues à l'utilisation accrue d'engrais en ASS ?

Livre blanc : Les pratiques 4R peuvent-elles limiter les émissions d'oxyde nitreux dues à l'utilisation croissante d'engrais en Afrique subsaharienne ?

Une analyse de l'impact des meilleures pratiques de gestion des éléments nutritifs des engrais pour l'Afrique subsaharienne révèle des avantages significatifs pour la réduction des émissions de GES compte tenu du potentiel d'augmentation de l'utilisation de l'azote sur le continent. 

Pour répondre aux futures demandes alimentaires de la population croissante de l'Afrique subsaharienne (ASS), une augmentation de l'utilisation des engrais est nécessaire. Pourtant, l'utilisation accrue d'engrais azotés (N) peut augmenter N2Émissions d'O. Par conséquent, grâce à ses meilleures pratiques de gestion (BMP), le cadre de gérance des nutriments 4R qui est utilisé pour identifier la meilleure façon d'appliquer la bonne source de nutriments au bon taux, au bon moment et au bon endroit vise à optimiser l'utilisation des engrais et à réduire l'azote.2émissions d'O tout en augmentant les rendements.

Les chercheurs de 4R ont mené une analyse de scénarios sur les effets potentiels d'une adoption accrue des pratiques de gestion des nutriments 4R personnalisées pour contrôler l'azote à la ferme2Émissions d'O en ASS d'ici 2030 et 2050. Les chercheurs ont utilisé les données de la FAO sur les émissions projetées de gaz à effet de serre (GES) résultant de l'application d'engrais synthétiques pour calculer les réductions d'émissions potentielles par pays. Ils ont utilisé trois taux d'adoption de pratiques 4R différents pour chaque calendrier (c'est-à-dire 10, 20 et 30 % pour 2030 ; et 30, 40 et 50 % pour 2050), basés sur des zones de cultures arables et cinq taux de réduction des émissions différents qui représentaient une spécificité et une efficacité accrues. efficacité de l'adoption de la pratique des 4R (c.-à-d. 5, 10, 15, 20 et 25 %).

Leurs résultats ont révélé que de grandes quantités de N2Les émissions d'O pourraient être évitées avec une adoption accrue du cadre 4R. N annuel2Réduction des émissions d'O allant jusqu'à 1,229 3,418 et XNUMX XNUMX kt CO2e d'ici 2030 et 2050, respectivement, pourrait être atteint en ASS avec des taux d'adoption de 30 % et 50 % de la gestion des nutriments 4R à un taux de réduction des émissions de 25 %.

Cela correspond à des réductions globales des émissions de 7.5 % d'ici 2030 et de 12.5 % d'ici 2050 par rapport à l'azote annuel total de la FAO2Projections d'émissions d'O pour l'ASS de 16,392 XNUMX kt CO2e et 27,345 XNUMX kt CO2e, respectivement.

Le livre blanc démontre que « L'adoption de pratiques de gestion des nutriments 4R a un potentiel important d'atténuation du changement climatique grâce à la réduction de N2O et aidera l'ASS à intensifier durablement la production alimentaire et à améliorer la santé des sols dans la région », tout en relevant les défis pour atteindre des réductions d'émissions élevées et en présentant les avantages et les conséquences de l'adoption de la gestion des nutriments 4R.

Un point de départ clé pour l'adoption des 4R est de déterminer les systèmes de culture et les pratiques agricoles d'une région.- Dr Samuel Njoroge, co-auteur et responsable de programme - 4R Nutrient Stewardship - African Plant Nutrition Institute (APNI)

Le livre blanc "Les pratiques 4R peuvent-elles limiter les émissions d'oxyde nitreux dues à l'utilisation croissante d'engrais en Afrique subsaharienne ?» a été lancé le 30 mars lors d'un webinaire conjoint organisé par le projet de solution 4R financé par Affaires mondiales Canada et l'Alliance mondiale pour une agriculture intelligente face au climat (GACSA).

Pour en savoir plus sur le projet d'intendance des éléments nutritifs 4R : https://4rsolution.org/

Contributeurs APNI : Yousra Moujtahid, spécialiste des communications et Gavin Sulewski, responsable et rédacteur en chef.

EnglishFrançais